Quelle méthode de contraception choisir ?

Il existe aujourd’hui plusieurs méthodes de contraception qui ont pour rôle d’empêcher une éventuelle grossesse indésirable. Pilule, anneaux contraceptif, préservatif masculin ou féminin, les femmes ont le choix en matière de contraception.

Mais il est important de savoir que toutes les méthodes de contraception ne sont pas adaptées ou ne conviennent pas à toutes les femmes. C’est à vous de trouver la méthode contraceptive qui vous correspond le mieux et qui est la plus adaptée à votre rythme de vie, vos préférences ou à votre situation affective ou encore médicale.

Mais ce n’est pas facile de savoir quelle méthode choisir et il est très fréquent que des questions restent sans réponses. Nous avons donc décidé de réaliser ce guide sur la contraception. Vous pourrez ainsi faire votre choix en toute connaissance de cause.

Quelques chiffres sur la contraception en France

Voici quelques chiffres qui concernent la contraception en France :

50 % des femmes âgées de 15 à 49 ans utilisent la pilule comme moyen de contraception

70,8 % d’entre elles ont moins de 35 ans

22 % des femmes utilisent une pilule ET le préservatif masculin

● Les femmes ayant un stérilet ont majoritairement plus de 35 ans

2/3 des grossesses non désirées surviennent sous contraception (oublis de pilule, accidents de préservatif etc.)

Les différentes phases du cycle menstruel

Il est important de comprendre le cycle menstruel et c’est pour cela que nous allons vous l’expliquer en détails. De la puberté à la ménopause, il rythme la vie d’une femme. Voici donc les différentes étapes du cycle menstruel :

1. La phase folliculaire ou pré-ovulatoire (J1 à J14)

Le cycle menstruel débute le 1er jour des règles. Cette étape commence avec l’apparition des saignements. Leur durée est différente d’une femme à l’autre mais ils durent en moyenne 3 à 5 jours.

Lors de cette phase, la progestérone chute brutalement et la couche superficielle de la muqueuse utérine est éliminée. Celle-ci se reconstitue quelques jours après le début des saignements.

2. L’ovulation (J14)

Dans la majorité des cas, l’ovulation survient à la fin de la phase folliculaire soit au 14ième jour d’un cycle de 28 jours. Elle dure 24 heures et se définit par la libération d’un ovule par l’ovaire. L’ovule peut maintenant être fécondée par un spermatozoïde.

3. La nidation (J15 à 28)

Après la précédente phase, l’ovaire va sécréter la progestérone. S’il n’y pas de fécondation, la partie de l’ovaire qui sécrète cette hormone s’atrophie au bout de 14 jours.

S’il y a fécondation, la production de progestérone et d’œstrogènes continuent. La muqueuse utérine s’épaissit et l’ovule fécondée peut alors s’y implanter. La muqueuse utérine ne va alors pas s’éliminer et elle ne provoquera donc pas les règles. Cette implantation est effective 6 jours après l’ovulation.

Comment choisir sa contraception ?

De l’adolescente en pleine puberté à la mère de famille proche de la ménopause, du couple stable depuis des mois à ceux qui veulent seulement s’amuser, les besoins en matière de contraception sont très différents d’une femme à l’autre.

On ne choisit pas en effet la même méthode à l’adolescence et lorsque l’on a plus de 35 ans par exemple. Il est d’ailleurs très fréquent de dire que la meilleure contraception c’est celle que l’on choisit.

Le choix d’une méthode contraceptive dépend de beaucoup de critères. Si vous êtes étourdie, oubliez la pilule car elle doit être prise tous les jours à la même heure. Optez dans ce cas pour une autre méthode. Si vous fumez aussi d’ailleurs. Pilule et cigarettes ne font pas bon ménage et peuvent provoquer des maladies cardio-vasculaires.

Si vous n’êtes pas en couple et que vous n’avez pas de relations stables, les préservatifs peuvent être une bonne solution vous protègera des maladies sexuellement transmissibles, vous évitera une grossesse non voulue et ne vous oblige pas à prendre une pilule au quotidien.

Lorsque l’on avance en âge et que l’on ne souhaite plus avoir d’enfant, le stérilet peut être une solution. Une fois en place, il peut y rester pendant des années sans problème !

Vous l’aurez compris, le choix de sa contraception dépend majoritairement de ce que vous, vous préférez !

I. Le préservatif masculin

Il est le seul à avoir une double action : éviter une grossesse et vous préserver des infections sexuellement transmissibles. S’il est bien utilisé, le préservatif est efficace à plus de 95 %. Mais il faut être vigilant car son efficacité peut être réduite ou annulée s’il est déchiré, mal placé, mis trop tard, s’il reste dans le vagin, s’il est périmé etc.

Si vous et votre partenaire êtes allergiques au latex, rassurez-vous, il en existe en polyuréthane. Le principe du préservatif est simple : il recueille les spermatozoïdes et les empêchent de rentrer dans l’utérus.

Il doit être mis en place avant le rapport sexuel et donc avant la pénétration et sur un pénis en érection. Il doit être retiré avant la fin de l’érection et en le tenant par son ouverture.

+

-

Son principal avantage est bien sûr d’être le moyen le plus sûr pour se protéger du SIDA et des IST. C’est également l’une des meilleures méthodes contre une grossesse non désirée. Il n’est également pas cher et il est simple à se procurer.

Parmi ses principaux inconvénients, le fait de devoir se retirer de suite après avoir éjaculer en est un. Certaines femmes n’aiment pas non plus la sensation qu’il procure ou la pause qu’il impose lorsqu’il doit être mis en place.

II. Les méthodes de contraception hormonales

a. La pilule contraceptive

Lorsqu’il s’agit de choisir une contraception, de nombreuses femmes se tournent vers la pilule contraceptive.

C’est un mode de contraception orale qui se présente sous forme de comprimés. Ceux-ci contiennent des hormones qui ont pour rôle d’agir sur les ovaires en bloquant leur ovulation. S’il n’y a pas d’ovule produit, les spermatozoïdes n’ont rien à féconder. Il existe 3 grandes familles de pilules : la mini dosée, la micro dosée et la séquentielle.

+

-

- La pilule est une contraception efficace à plus de 99 % si elle est bien utilisée. Dans la réalité, son efficacité tombe à 91 % notamment à cause des oublis.

- Elle est simple à prendre. Il faut certes la prendre à heure régulière mais elle ne demande qu’un rendez-vous chez un médecin et gynécologue. Une fois votre prescription en main, vous êtes tranquille pour plusieurs mois. Beaucoup la choisissent pour sa simplicité contrairement par exemple à la pose d’un stérilet.

- La pilule peut également traitée d’autres problèmes et notamment l’acné et peut être prescrite aux femmes qui souffrent de douleurs abdominales lors des règles ou lorsque celles-ci sont trop abondantes.

- On lui reproche souvent de faire grossir. Ce qui n’est pas le cas. Certaines peuvent en effet ouvrir l’appétit mais avec une alimentation équilibrée, vous ne prendrez pas de poids.

- La pilule ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles mais les autres méthodes de contraception non plus à part le préservatif.

- Elle est déconseillée aux fumeuses car l’association de la cigarette et d’une pilule contraceptive peut provoquer des maladies cardio-vasculaires.

Notre sélection

La pilule Cezarette

C’est l’une des plus prescrites. C’est une pilule micro progestative qui se compose uniquement de progestérone. Elle est conseillée aux femmes qui ont une sensibilité aux œstrogènes ou aux femmes qui allaitent.

La pilule Ovranette (aussi appelée Minidril)

C’est une pilule combinée. Elle contient des hormones artificielles : l’éthinylestradiol et le lévonorgestrel. Elle est souvent prescrite aux femmes qui ont des règles douloureuses.

La pilule Qlaira

C’est une pilule combinée proposée par le laboratoire Bayer. Elle est composée d’estradiol (œstrogène) et de diénogest (progestérone) qui sont des hormones synthétiques. Elle est conseillée aux femmes qui ont des règles douloureuses et abondantes.

La pilule Yasmin (aussi appelée Jasmine et Yaz)

C’est une pilule monophasique qui contient donc deux hormones artificielles. Elle est élaborée par le laboratoire Bayer.

La pilule Zoely

La pilule Mercilon

La pilule Leeloo Gé

b. Le stérilet

Le stérilet hormonal aussi appelée SIU (Système Intra-Utérin) est une méthode de contraception qui se présente sous la forme d’un petit objet en forme de T. Il est placé dans l’utérus par insertion manuelle par le médecin.

Il diffuse une hormone de type progestatif pendant une durée de 5 ans. Il a pour rôle d’empêcher le passage des spermatozoïdes à travers le col de l’utérus ce qui rend difficile l’implantation de l’œuf dans l’utérus.

Le SIU (à ne pas confondre avec le DIU en cuivre, qui lui entre dans la catégorie des contraceptions non hormonales) est en plastique et possède un petit réservoir dans lequel est stocké une dose d’hormones progestatives.

Sachez que contrairement aux idées reçues, le stérilet ne rend pas stérile !

+

-

- Son efficacité est importante et fait partie des plus élevées avec un taux d’échec de seulement 1 %. Il est souvent choisi par celles qui ne veulent pas s’embêter à prendre une pilule contraceptive tous les jours. Il peut également être conseillée pour celles qui ne supportent pas les pilules.

- Sa durée est son principal atout. Il peut être retiré à n’importe quel moment et ne demande qu’un suivi annuel. Il peut provoquer une absence totale des règles ce qui pour certaines, est un avantage surtout si leurs règles sont douloureuses per exemple.

- Sa pose est simple et ne prend que quelques minutes. S’il est bien placé, vous ne sentirez pas de gêne et votre partenaire non plus.

- Il ne peut être placé chez certaines femmes et notamment celles qui ont un utérus trop large ou déformé. Le stérilet n’est pas efficace le 1er jour de la pose mais le 3ième. Sa pose peut provoquer quelques douleurs chez certaines femmes. Elles ne durent pas longtemps et votre médecin peut vous prescrire dans ce cas des anti-douleurs.

Notre sélection

Le stérilet Minerva

Ce dispositif contraceptif est fabriqué par le laboratoire Bayer. C’est l’un des stérilets les plus prescrits pour son efficacité notamment. Une fois posé, celle-ci dure 5 ans.

c. L’anneau vaginal

Il s’agit d’une bague ou d’un anneau souple en plastique avec un diamètre de 54 cm. Il contient des œstrogènes de 3ième génération. Il a la même composition et la même action qu’une pilule contraceptive micro dosée. Il bloque donc l’ovulation en libérant des hormones.

C’est à vous de le placer le premier jour des menstruations. Il faut veiller à ce qu’il soit suffisant loin et que vous ne le sentiez pas. Pour l’enlever, il suffit d’insérer son index et d’attraper l’anneau. Il se garde en moyenne 3 semaines. Il faut donc le retirer la quatrième semaine et les règles vont apparaître.

+

-

- C’est une méthode contraceptive avec un taux d’efficacité de 99 %. Il est conseillé aux femmes qui ont tendance à oublier leur pilule. Avec l’anneau, vous le posez et vous ne vous en occupez pas pendant 3 semaines.

- Le fait de devoir le mettre soi-même peut être un frein pour certaines. Il n’est pas remboursé par la Sécurité Sociale et il faut savoir qu’il peut être expulsé lors d’un rapport sexuel.

Notre sélection

L’anneau Nuvaring

C’est un anneau en plastique de 5 cm de diamètre reconnu pour son efficacité. Une boîte contient 3 anneaux, ce qui correspond à une contraception de 3 mois.

d. Le patch

Le patch contraceptif est de plus en plus utilisé pour son efficacité et pour sa simplicité d’utilisation. Il s’agit d’un petit carré de couleur chair (donc très discret) qui va diffuser des hormones au contact de la peau. Il a la même composition qu’une pilule de 3ième génération.

Il se colle le 1er jour des règles et il faut le changer tous les 7 jours. Vous devez mettre 3 patchs différents pendant 3 semaines et ne pas en mettre la quatrième. C’est là qu’apparaîtront les règles. Il peut se coller partout sur le corps sauf sur ou à proximité des seins.

+

-

C’est une méthode contraceptive efficace à 99 %. Autre avantage : sa simplicité de mise en place. Celles qui ne veulent pas mettre d’anneau vaginal elles-mêmes par exemple apprécient cet avantage.

Il ne faut pas oublier de le changer, ne convient pas aux femmes pesant plus de 90 kilos et il peut arriver qu’il se décolle si vous nagez ou allez dans un sauna.

Notre sélection

Le Patch Evra

Il contient deux hormones artificielles : l’éthinylestradiol et la norelgestromine. Il est simple à mettre, efficace et tient bien en place.

e. L’implant contraceptif

Il s’agit d’une méthode contraceptive sous forme de bâtonnet cylindrique de 4 cm de long. Il est composé d’hormones progestatives. Il se place dans le bras, sous la peau par le médecin. Vous aurez une anesthésie locale. Il se garde 3 ans environ.

+

-

- Son efficacité est de 100 %, il ne nécessite pas de manipulation, ne tombe pas et vous pouvez l’oublier pendant 3 ans.

- Il provoque des règles irrégulières avec pour certaines, une absence totale des règles. Certaines femmes peuvent mal vivre cette absence de règles. Les femmes obèses ou en surpoids doivent changer l’implant contraceptif plus souvent.

f. Les injections

Vous pouvez choisir de faire des injections d’hormones. Elles sont pratiquées par un médecin ou une infirmière en intra musculaire. Elles durent 3 mois et pendant ce laps de temps, vous êtes protégée d’une grossesse.

+

-

- L’efficacité des injections est de l’ordre de 99,7 %. Les intervalles entre les injections sont longs ce qui est appréciable pour beaucoup de femmes.

- De l’acné peut apparaitre après les injections, des tensions mammaires également. Les règles peuvent être perturbées et certaines femmes constatent une prise de poids.

III. Les préservatifs féminins

Le préservatif féminin se présente sous la forme d’un tube cylindrique. Il peut être en latex, en polyuréthane ou en nitrite synthétique pré lubrifié. Il dispose d’un anneau souple à chacune de ses extrémités.

Pour le mettre en place, il faut que vous soyez allongée ou debout afin de l’introduire dans le vagin. Pour le retirer, il suffit de tirer sur l’anneau externe. Il doit être retiré après le rapport sexuel.

+

-

- Le préservatif féminin est un contraceptif avec une efficacité de 95 %. Votre partenaire ne sera pas obligé de se retirer après l’éjaculation contrairement au préservatif masculin. Il permet bien sûr de se protéger du Sida et des IST.

- Il est assez voyant et peut donc jouer sur l’atmosphère sexuelle. Les femmes sont encore peu nombreuses à utiliser ce type de contraception car le fait de devoir le mettre dans le vagin avant un rapport sexuel les freine.

IV. Les méthodes traditionnelles

a. Le retrait

Beaucoup de personnes pensent que cette méthode qui consiste à retirer le pénis du vagin avant l’éjaculation est efficace. Cependant c’est loin d’être le cas et d’être une méthode fiable. En effet, il faut savoir qu’avant l’éjaculation un petit liquide qui contient des spermatozoïdes s’échappe du pénis.

La méthode du retrait est également une méthode contraignante et qui casse le rythme et l’harmonie du rapport sexuel.

b. Abstinence périodique

L’abstinence périodique s’appuie sur la méthode du calendrier et sur la méthode de la température.

La première consiste à calculer les phases du cycle, surtout celle de l’ovulation où les femmes sont plus fertiles, afin de s’abstenir de rapport sexuel pendant cette période. Il faut toutefois savoir que si les femmes sont plus fertiles à cette période, cela ne veut pas dire qu’elles ne le sont pas en dehors. Il est donc tout à fait possible de tomber enceinte n’importe quand pendant le cycle et notamment pendant les règles.

La deuxième, peu fiable il faut le reconnaître, consiste à prendre sa température au quotidien et à ne pas avoir de rapport lorsque celle-ci augmente (elle augmente normale le 1er jour de l’ovulation).

V. La stérilisation

Lorsqu’une femme ne veut plus d’enfant, lorsqu’elle a atteint un certain âge et qu’elle ne veut plus « s’embêter » avec les méthodes contraceptives, elle peut soit opter pour une ligature des trompes de Fallope soit pour l’obturation des trompes.

La ligature est une opération sous anesthésie générale qui consiste à sectionner les trompes par lesquelles les ovocytes transitent jusqu’à l’utérus. Cette méthode est efficace immédiatement.

L’obturation consiste à boucher les tromper pour les ovocytes n’atteignent pas l’utérus. L’opération peut être pratiquée par voie vaginale ou abdominale.

Ces deux méthodes sont bien sûr irréversibles et doivent être mûrement réfléchies.


Voir aussi :
Pilule du lendemain

Contraception : notre guide pour trouver la méthode contraceptive qui vous correspond
4.5 (90%) 8 votes