Incontinence chez les adolescents : Conseils pratiques pour un retour à l’école sans stress

L’incontinence urinaire chez l’adolescent est un véritable défi inattendu qui évoque de nombreuses questions et soulève de nombreux problèmes. À cet âge où la vie sociale et le regard extérieur comptent énormément, l’incontinence peut être une source d’angoisse et de stress. Surtout quand il faut reprendre les cours à l’école. Cet article se propose de fournir des conseils pratiques pour aider les adolescents à gérer leur incontinence à l’école de manière confiante.

La communication et la sensibilisation

La première étape de la gestion de l’incontinence chez l’adolescent consiste à pouvoir en parler. En effet, le sujet peut être assez gênant pour les adolescents qui en souffrent. Ils ont peur d’être jugés incapables d’être propres. D’autant plus que ne pas pouvoir se retenir et se pisser dessus est considéré comme une étape normale chez l’enfant, mais pas chez une personne de cet âge. Ainsi, l’incontinence chez l’ado porte aussi bien sur le plan médical que sur le plan psychologique.

Pour briser ce tabou, il est donc important que les parents puissent démystifier le problème en en parlant simplement avec l’adolescent. Une fois que cette étape est franchie, il est important que l’ado puisse en parler avec ses enseignants et ses amis les plus proches afin de créer un environnement de soutien à l’école. Toute l’équipe éducative de l’ado doit être sensibilisée sur la question afin de diminuer le stress et l’angoisse liés à la peur d’être incontinent dans ce milieu sensible.

La gestion discrète des symptômes

Il existe différentes manières de gérer les symptômes de l’incontinence chez l’adolescent de sorte que personne ne remarque le problème. Au nombre des mesures à prendre pour gérer discrètement les symptômes se trouvent le fait de :

  • Choisir des protections adaptées : en fonction de la quantité de liquide perdu durant l’incontinence, il existe différentes tailles de protections hygiéniques disponibles sur le marché. Vous pouvez aussi opter pour les sous-vêtements absorbants qui ne laissent paraître aucune fuite à l’extérieur ou les couche ado. Évitez aussi de porter des tissus qui laissent voir la moindre goutte d’eau qui déborde.
  • Disposer d’un sac de transport discret : l’ado doit pouvoir transporter ses fournitures d’incontinence sans que cela se remarque. Son sac à dos doit donc disposer d’espaces de rangement cachés et imperméables. Il doit aussi prévoir des sacs d’emballage pour stocker ses protections usées.
  • Anticiper les besoins en matière de changement pendant la journée : il est important de prendre des sous-vêtements et des vêtements de rechange au cas où le changement serait nécessaire.

Pour éviter d’en arriver à la gestion des symptômes, des mesures préventives comme le fait d’éviter de boire de grande quantité en journée sont recommandés. La planification des visites aux toilettes est aussi une bonne méthode préventive.

La planification des visites aux toilettes

Pour l’adolescent qui souffre d’incontinence, il est indispensable de prévoir des visites régulières aux toilettes. Cela permet de vider la vessie régulièrement de sorte qu’il n’y ait pas du tout ou très peu de liquide à expulser lors de l’incontinence. Pour ce faire, vous pouvez fixer des horaires réguliers de pauses toilettes. Par exemple, une pause pipi toutes les 2 ou 3 heures peut faire l’affaire.

Pour éviter les longues files d’attente pendant les heures de pauses collectives, il est préférable d’aller aux toilettes avant et après ces heures. Aussi, lorsque les enseignants sont informés du problème, une autorisation spéciale d’utiliser les toilettes réservées à l’administration peut être donnée à l’ado. Non seulement cela lui évitera de se faire remarquer par les camarades, mais aussi, il n’aura pas à faire la queue pendant les heures de pause.

La gestion du stress face aux situations d’urgenceL’incontinence à l’adolescence peut être source de véritables problèmes psychologiques chez l’ado qui en souffre. Ses retombées sont pires lorsque cela arrive à l’école. Il est donc de la responsabilité des adultes informés de la situation, de parler de ce problème avec l’ensemble des élèves afin qu’ils comprennent que l’incontinence est une maladie et non un choix.

Pour ce qui est de l’adolescent qui en souffre, cet état peut véritablement affecter sa santé émotionnelle et participer à une baisse drastique de l’estime de soi, ce qui influe sur les résultats scolaires et la vie sociale. Heureusement, il existe des ressources de soutien, telles que les groupes de soutien et les psychologues scolaires qui offrent l’accompagnement nécessaire pour traverser ce moment.

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply:







3 × 2 =