Après le décès d’un proche, comment surmonter la douleur et l’absence ?

La mort, un sujet très longtemps resté tabou, un sujet dont on ose parler désormais. Comment surmonter la douleur et l’absence d’un proche ? Comment pouvoir continuer de vivre avec une disparition brutale ?

Tout autant de questions qui sont abordées aujourd’hui afin d’aider ceux qui restent à poursuivre, au mieux, le cours de leur vie. Chaque personne est différente, les circonstances d’un décès sont aussi très diverses, maladies ou accidents, l’âge de la première confrontation à la mort, tout autant d’éléments qui doivent être considérés pour apporter l’aide nécessaire à surmonter cette souffrance.

Comment surmonter la perte d’un proche ?

Il est important d’accompagner la personne défunte vers sa dernière demeure, aussi, si les enfants furent pendant longtemps épargnés de la cérémonie funéraire, on
conseille aujourd’hui bien au contraire, d’affronter cet instant.

L’annonce du décès est toujours une sidération et ce, même pour une personne malade que l’on savait en fin de vie, le jour J de la mort reste toujours une vive douleur. Il est donc nécessaire d’assister aux obsèques du défunt pour atténuer cette première sensation de sidération.

Les obsèques aident à faire prendre conscience du décès, c’est une étape fondamentale pour le processus d’un deuil. C’est l’étape de l’au revoir à la personne qui part.

Mieux encore pour aider à surmonter cette terrible douleur c’est aussi de pouvoir prendre part à la préparation des obsèques, cette forme d’engagement est parfois bénéfique à certaines personnes, tout comme certaines personnes pourront ce jour-là exprimer leurs sentiments envers la personne défunte, ce, à l’aide d’un texte écrit en son honneur, d’autres préféreront jouer de la musique, d’autres préféreront l’intimité…

Tristesse, colère, peur, regrets, culpabilité sont autant d’émotions qui sont rencontrées à l’annonce du décès d’une personne chère, chaque émotions doivent être pleinement vécues elles ne doivent pas être repoussées, toutes ces émotions sont des liens très important envers la personne décédée c’est pourquoi il ne faut surtout pas les laisser de côté. Les refuser c’est un peu refuser le deuil, c’est comme ne pas parler si le besoin s’en fait ressentir, il est donc nécessaire, dans la procédure d’un deuil, que chaque personne puisse vivre pleinement ses émotions et sache aussi faire passer ses besoins…

Besoin de parler, il faut le dire, besoin de distraction il faut le dire aussi, chaque besoin doit être exprimé et vos proches et/ou vos amis qui ne savaient pas comment vous abordez en ces moments difficiles, le sauront ainsi beaucoup plus et seront rassurés.

N’hésitez pas non plus à prendre soin d’autres personnes, isolées, seules, pour certaines personnes, c’est aussi une excellente thérapie.

Prendre le temps du deuil, ce temps précis appartient à chaque personne, selon les gens, ce temps est plus ou moins long, cette question est intime et propre à chacun, il est nécessaire de respecter cette étape. Et prenez le temps de remercier ceux qui vous ont apporté leur soutien pendant cette épreuve.

L’écriture, un excellent remède…

L’écriture reste un excellent remède à pouvoir faire mieux son deuil, à laisser passer les vives émotions, à laisser passer les regrets, parfois les rancœurs, les remords, les écrits sont bien souvent la meilleure thérapie. Sous forme de journal, votre histoire, des poèmes, laisser transparaître dans ses écrits toutes les émotions et les ressentis sont parfois vraiment très bénéfiques.

Que dire aussi sur la culpabilité qui est également un sentiment très fréquent à la suite de la disparition d’un proche. Les regrets vous submergent, j’aurai dû faire ceci, j’aurai dû faire cela…

Tout cela est normal. Bien évidemment les circonstances du décès jouent aussi un rôle dans cette culpabilité intime, et ce, selon les conflits qui ont pu avoir lieu avec la personne défunte, une longue maladie, un suicide, un accident soudain, il est absolument nécessaire de faire valoir sa culpabilité, de l’exprimer, c’est le seul moyen d’atténuer ce lourd fardeau qui ne doit pas gâcher le restant de votre vie, il convient donc d’en parler à une personne bienveillante ou de consulter une personne qui pourra vous écouter.

Le deuil prend du temps, il y a toujours des hauts et des bas, et le meilleur remède à tout ça reste toujours le temps qui ne fait jamais oublier mais aide à surmonter tout ça !

Si l’absence est difficile, l‘amour est éternel, c’est donc à cela qu’il faut se raccrocher.

Après le décès d’un proche, comment surmonter la douleur et l’absence ?
5 (100%) 1 vote

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply: