Prévoyance et Mutuelle santé quelles différences ?

Depuis l’instauration en 2016 de l’Accord National Interprofessionnel (ANI), la généralisation de la complémentaire santé et l’accès aux soins pour tous est entrée en vigueur. Mais bien souvent, entre prévoyance et mutuelle santé, les adhérents ne connaissent pas trop les différences et, c’est pourquoi, nous allons tenter d’y voir plus clair, car en effet, outre la complémentaire santé, d’autres systèmes de protections existent.

mutuelle-prevoyance-sante

Que faut-il donc choisir entre Mutuelle santé ou prévoyance

Avant de parler de choix entre mutuelle santé et prévoyance, la meilleure chose à faire est d’établir tout d’abord un diagnostic profond de votre situation personnelle et de celle des ayants-droits. Effectivement, selon les cas et les situations, cela permet de déterminer les critères de sélection et les manques. Cela permet de négocier ainsi les meilleures garanties qui deviennent de ce fait un peu plus personnalisées. Il faut ensuite faire un comparatif entre vos besoins et les offres du marché. Sur la toile, il est possible d’avoir recours à des comparateurs qui peuvent ainsi vous aider pour cela et afin d’obtenir les meilleures propositions, mais aussi de faire appel à des experts comme https://www.math-prevaris.com/ .

Pour faire ces différences il convient également de savoir ce que sont l’une ou l’autre, commençons ainsi par la mutuelle santé. Une mutuelle santé offre un objectif, celui de rembourser en plus de la sécurité sociale des frais engagés pour des dépenses de santé. Pour cela, une cotisation mensuelle est versée. L’assuré obtient ainsi le remboursement total ou partiel des frais qu’il a engagé. La sécurité sociale pour ses remboursements se base sur un taux appliqué à un tarif de base nommé tarif conventionnel. La mutuelle santé, offre un remboursement complémentaire, le montant varie aussi des garanties qui ont été préalablement choisies pour le contrat. Certaines personnes, en plus de cela, de ces deux organismes n’hésitent pas à adhérer à une surcomplémentaire santé, un remboursement dit de troisième niveau intervient alors en supplément des deux autres. Une mutuelle santé s’adresse ainsi à toutes personnes du secteur privé, les employeurs, depuis 2016, sont donc contraints de vous proposer une mutuelle de santé collective et de groupe. Ce même employeur est contraint de prendre en charge une partie de la cotisation au moins 50 %. Pour les travailleurs non salariés, c’est le dispositif de la loi Madelin qui s’applique, celui-ci offre des avantages fiscaux pour les personnes qui souscrivent à une mutuelle santé. Ainsi, les cotisations versées peuvent être déduites du revenu imposable. Il existe aussi des mutuelles qui s’adressent aux statuts particuliers comme pour les étudiants ou les séniors. Si vous ne pouvez pas souscrire à une mutuelle faute de moyens financiers, il faut savoir alors que, dans ces cas-là, des aides de l’état sont disponibles :

  • La CMU-C (Couverture Maladie Universelle Complémentaire) prévue pour les personnes à revenus faibles.
  • L’ACS (Aide à l’acquisition d’une Complémentaire Santé) est une aide financière qui réduit le montant de la cotisation de la mutuelle santé individuelle. Cette aide est accordée aux personnes dont les revenus sont légèrement supérieurs aux plafonds CMU-C.
  • Pour les garanties elles concernent :
    • Consultations médicales, analyses médicales, soins courants
    • Hospitalisation : forfait journalier, chambre particulière…)
    • Optique (monture, verres, lentilles…)
    • Dentaire (soins, appareils, et soins d’orthodontie).

Certains autres domaines (appareils auditifs, ostéopathie, homéopathie…) peuvent être également pris en compte si le niveau de couverture le permet et si ces options sont ouvertes dans le contrat.

Une mutuelle propose également différents tarifs selon l’âge de l’assuré, le lieu de résidence, la gamme de mutuelle santé et selon les demandes particulières des assurés.

Pour ce qui concerne la prévoyance, elle représente une protection sociale qui, comme la mutuelle, prévoit des garanties de couverture sociale mais pour des risques différents. C’est donc en cas de maladies ou d’accidents, lors des aléas de la vie que la prévoyance apporte une aide financière. Ainsi sont concernés dans les aléas, les décès, l’incapacité, l’invalidité, les accidents et les maladies. Il convient donc de faire une distinction entre la prévoyance obligatoire de la sécurité sociale et la prévoyance des assurances individuelle. Les cotisations pour la prévoyance sont calculés selon les revenus. La prévoyance est ainsi une protection sociale ouverte aux personnes qui perçoivent un salaire et qui souhaitent ainsi se prémunir en cas de coups durs. Dans les entreprises il peut y avoir des contrats de groupe, des contrats collectifs. Les non salariés peuvent aussi souscrire à une prévoyance avec le dispositif de la loi Madelin et peuvent bénéficier de réductions fiscales.

La prévoyance de la Sécurité sociale

Le régime de prévoyance obligatoire de la sécurité sociale intervient dès lors qu’on est affilié à ce service. Ainsi cette prévoyance gère les indemnités journalières en cas d’arrêt de travail pour verser une compensation de salaire, rente ou pension en cas d’invalidité ou d’incapacité établie selon le montant des revenus. Les montants proposés restent faibles et, à ce titre, les assureurs conseillent donc de souscrire à une prévoyance individuelle un contrat de prévoyance qui prévoit ainsi un versement supplémentaire aux indemnités sécurité sociale, toujours dans le cas d’arrêt de travail, d’incapacité ou d’invalidité, à la suite d’une maladie ou d’un accident, dépendance ou décès de l’assuré. Pour les franchises qui peuvent être modulées elles sont généralement de 3 jours en cas d’hospitalisation, 15 jours en cas d’accident et 30 jours en cas de maladie. C’est donc au terme de ces jours de franchises prévus que les garanties du contrat de prévoyance prennent effet. Les cotisations de ces contrats sont calculées selon l’âge de l’assuré et le niveau de revenus. Il est intéressant de savoir que la modulation des franchises permet de s’assurer pour les risques les plus graves, en pouvant baisser la cotisation.

Pour un tel contrat, à la base, un questionnaire médical est exigé, c’est lui qui peut majorer le montant de la cotisation. Dans le cadre d’un état de santé très grave, l’assureur peut refuser l’ouverture du contrat.

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply: