Quelques conseils pour mieux vivre avec vos fuites urinaires

Vivre avec des fuites urinaires peut être très difficile pour certaines personnes qui voient cela comme quelque chose d’insurmontable qui leur empêchera d’être épanouis dans leur vie sociale.

Heureusement pour ces dernières, il existe plusieurs méthodes pour maîtriser vos problèmes vésicaux et si ces quelques astuces n’apportent pas d’amélioration probante, vous pouvez consulter votre médecin pour trouver un traitement médical plus efficace.

Changer son alimentation

Quelques changements alimentaires dans votre menu peuvent avoir des effets profonds sur le contrôle de votre vessie.

Il existe peu d’aliments qui améliorent de manière probante le fonctionnement de votre vessie, mais il y a beaucoup d’ingrédients connus pour irriter la vessie et qui doivent être éliminés de votre alimentation.

Commencez par éliminer les diurétiques comme la caféine et l’alcool, car ils encouragent les reins à produire davantage d’urine. Veillez également à supprimer les édulcorants artificiels et les fruits acides, notamment les agrumes, les ananas et les tomates.

L’eau joue un rôle important dans votre alimentation quotidienne. Il peut sembler étrange d’en absorber trop, mais un manque d’eau entraîne la constipation et une concentration de l’urine, ce qui peut irriter votre vessie et augmenter le sentiment d’urgence. Donc même si cela peut sembler tout à fait paradoxal il est primordial de boire en quantité suffisante. Il vaut mieux boire trop que pas assez gardez le à l’esprit (en toute proportion gardée évidemment)!

Utiliser des alèses

Certes Les alèses ne permettent pas de réduire la fréquence de vos fuites urinaires mais elles permettent néanmoins d’améliorer votre confort et de vous faciliter la vie. Effectivement les alèses offrent une protection multicouche très absorbante pour votre lit en cas de fuites. 

Une alèse se place par-dessus d’un drap de lit normal et est imperméable donc fini les battées de linges à répétition qui vous gachent la vie.

Comment les utiliser?

Mettre une alèse est très simple il suffit de border votre lit comme si c’était un drap normal. Le lendemain matin vous n’avez qu’à retirer l’aise sale et la remplacer (si c’est une alèse jetable). Si vous avez opté pour une alèse réutilisable vous pouvez attendre au moins 2 ou 3 jours avant d’en changer si elle n’a pas été salie. En cas de fuite une simple battée de linge et le tour est joué. 

Néanmoins gardez à l’esprit qu’une alèse réutilisable est non seulement plus hygiénique, mais aussi plus absorbante et permet de mieux gérer les fuites importantes qu’une alèse réutilisable.

Développer de meilleures habitudes intestinales

La vessie et l’intestin travaillent ensemble, lorsque l’un ne fonctionne pas correctement, l’autre aussi. La constipation est inconfortable, mais un intestin plein exerce également une pression sur la vessie, ce qui aggrave l’urgence de l’hyperactivité vésicale et l’incontinence.

Commencez par augmenter votre consommation de fibres solubles et de fibres insolubles, car les deux sont importantes pour la santé du tube digestif.

  • Les céréales complètes comme l’orge et le gruau
  • Fruits frais et secs
  • Légumes verts
  • Haricots

Ces options alimentaires devraient vous remettre sur la bonne voie, mais si le régime alimentaire ne fait pas l’affaire, discutez avec votre médecin de l’utilisation de laxatifs. 

La perte de poids pourrait réduire vos symptômes

Des études suggèrent que la perte d’un excès de poids pourrait réduire les symptômes de l’incontinence.

Qu’est-ce que cela signifie ? Si vous parvenez à perdre environ 8 % de votre poids corporel, soit environ 6 à 8 kilos pour de nombreuses femmes, vous obtiendrez probablement des résultats remarquables, même si une perte de poids de quelques kilos seulement peut réduire la fréquence d’incontinence de plus de 25 %. Et n’oubliez pas que cela vous permettra d’être en meilleur forme, de vous sentir mieux dans votre peau et sans doute augmenter votre espérance de vie.

En perdant du poids, l’abdomen soulagera la pression exercée sur tous les organes de la région, y compris la vessie.

Médicaments anticholinergiques pour l’hyperactivité vésicale

Cette classe particulière de médicaments est utilisée pour contrôler les spasmes musculaires qui conduisent à l’hyperactivité vésicale.

Les médicaments anticholinergiques se concentrent sur le blocage des signaux nerveux qui déclenchent généralement des contractions inopportunes de la vessie, réduisent la fréquence de votre envie d’uriner.

Il existe plusieurs médicaments anticholinergiques et ils nécessitent tous une ordonnance médicale. La plupart des gens ont des réactions très favorables aux anticholinergiques, bien qu’il y ait quelques effets secondaires possibles :

  • Bouche sèche
  • Constipation
  • Augmentation du rythme cardiaque
  • La somnolence
  • Botox pour l’hyperactivité vésicale

Bien que peu utilisé, le Botox est un relaxant musculaire pratique pour diverses affections, dont l’hyperactivité vésicale.

Le botox est injecté directement dans la vessie, et de nombreux patients peuvent ressentir moins de contractions inconfortables et une augmentation de la capacité de la vessie jusqu’à un an après l’injection.

Cependant, le Botox n’est pas sans danger. Certaines personnes peuvent trouver qu’elles retiennent trop d’urine après l’intervention et ressentent des douleurs et des complications, comme des infections urinaires. Pour ces raisons, le Botox pour la vessie hyperactive n’est envisagé que pour certaines personnes vivant avec une vessie hyperactive.

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply: