Comment soigner les problèmes d'acné

Par définition, le mot « acné », emprunté à l'anglais, est une forme erronée du mot grec « ακμή » (akmê), qui signifie « pointe », « sommet ». Il a été transformé par erreur lors de sa transcription par un moine copiste, Aetius, au XVIe siècle en « akne ». Il est employé pour définir les points noirs et autres granules de peau.

Le phénomène de l’acné, est en réalité un épisode de dermatose (maladie de la peau) due à une inflammation des follicules pilo-sébacés et caractérisé par l’apparition de boutons : comédons (points noirs), papules (boutons rouges), nodules (points blancs ou microkystes fermés), pustules (boutons rouges à pointes blanches), siégeant principalement sur le visage, le dos et le thorax.

● Les points noirs ou comédons ouverts, se développent lorsqu’il y a une accumulation excessive de sébum remplissant les pores de la peau. Il durcit et la partie au contact de l'air s'oxyde et devient noire. En général, ils se situent sur les zones médianes du visage (front, nez, menton) et le haut du dos.

● Les point blancs ou comédons fermés, sont des microkystes légèrement bombés et durs.

Les boutons rouges ou papules, sont des boutons pleins, en relief s’effaçant lorsque l’on presse la peau. Ils restent en général de petite dimension.

● Les pustules sont des boutons rouges pouvant être assez volumineux et douloureux, surmonté d’une tête blanche contenant du pus.

● Les nodules sont plus profonds que la pustule (d'une taille supérieure à 5 mm) et peuvent évoluer vers l'abcédation et la rupture.

C’est un problème de peau très fréquent qui apparait en général sous sa forme primitive vers l’adolescence (85% des adolescents sont touchés) et qui disparait généralement à la fin de la puberté, même si elle perdure parfois chez l’adulte (surtout les femmes).

3 TYPES D'ACNE

L’acné légère

On l’appelle aussi acné rétentionnelle ou encore mineure. Il s’agit du type d’acné qui couvre moins de la moitié du visage et consiste essentiellement en l’apparition de points noirs, microkystes et boutons rouges non inflammés et de petite dimension.

L’acné moyenne

Ou encore acné modérée. Elle envahit plus de la moitié du visage et parfois même les épaules, le torse et le dos. Les lésions peuvent être plus importantes, associées à des pustules rouges plus ou moins douloureuses.

L’acné sévère

Aussi appelée acné nodulaire. Elle est en générale étendue et présente des nodules et des kystes apparaissent également en plus des lésions précédentes. Ce type d’acné peut laisser des cicatrices importantes et peut avoir un impact sur la qualité de vie de la personne en souffrant.

Pourquoi avez-vous de l'acné ?

  • Causes hormonales
  • causes exogènes

Prise de certains médicaments

L'acné peut être provoquée par la prise de certains médicaments : c’est ce que l’on appelle l’acné induite. C’est souvent le cas des médicaments utilisés lors de traitements hormonaux (testostérone, estrogènes, pilules contraceptives en particulier celles qui contiennent des dérivés de la nortestostérone), les corticoïdes, les antiépileptiques, certains antidépresseurs, les médicaments destinés à diminuer l'action du système immunitaire (immunosuppresseurs), certains antibiotiques, le lithium (prescrit contre les troubles bipolaires) mais aussi les stéroïdes et anabolisants.

Utilisation de certains produits cosmétiques

En utilisation excessive, l’emploi de produits cosmétiques non adaptés tels que des crèmes, lotions, fonds de teint, poudres, peuvent favoriser l’obstruction des pores de la peau et favoriser le développement de l’acné.

Frottement de certains vêtements

Sur les zones touchées par l’acné, les actions de frottement sont susceptibles d’en aggraver le développement. C’est le cas pour les vêtements serrés mais aussi les bretelles de sac à dos (sur le thorax, les épaules et le dos). La transpiration abondante et le frottement des cheveux peuvent également être des facteurs développant.

Stress, pollution, poussière, produits chimiques

Le stress peut avoir une influence sur les concentrations hormonales et sur le développement des maladies de peau, il est donc souvent considéré comme un facteur aggravant.

L'exposition à certains polluants, notamment ceux chlorés semble être un facteur de risque. De même, certains pesticides, perturbateurs endocriniens, semblent capables de déclencher des épisodes d'acné dit « chlorique » ou chloracné.

Tabagisme

Le tabagisme et son action sur la peau (obstruction des pores) favorisent l’acné.

L’alimentation

Le rôle de l’alimentation sur le développement de l’acné est un vieux débat qui trouve encore soutien dans les deux camps opposés.

La consommation de calories dites « vides » (aliments qui apportent des calories mais qui n’ont aucune valeur nutritive), de chocolat, de charcuteries et d’aliments très transformés a pendant été pointée du doigt. Mais les dernières études semblent montrer qu’ils n’induisent qu’une chevelure et une peau grasse et ne provoquent en rien une hyperactivité des glandes séborrhées responsable de l’acné.

Cependant, il est également considéré que l'alimentation pourrait être un facteur aggravant. Il semble exister un lien entre la consommation de produits à index glycémiques élevés et de lait de vache et le développement de l’acné, notamment par le biais d’hormone de synthèse d’androgène dont la structure serait très proche de celle de l’insuline

Hérédité

La prédisposition de l’acné peut être héréditaire, le terrain étant plus favorable lorsque deux personnes d’une même famille ont développé le même schéma.

Le mythe de la mauvaise hygiène

Il est courant de penser que l’acné est due à une mauvaise hygiène de la peau : c’est tout à fait faux. Il faut considérer l’acné comme une véritable maladie de la peau. En effet, les pores encombrés par la surproduction de sébum sont le terrain favori de bactéries appelées Propionibacterium acnes, naturellement présentes sur notre peau. En revanche, une mauvaise hygiène de la peau et l’utilisation de produits non adaptés peuvent aggraver l’état de cette maladie.

Les solutions pour soigner les problèmes d'acné

Que ce soit pour l’adolescent ou la femme adulte, le traitement de l’acné reste plus ou moins le même.

Traitement local

Les zones de la peau atteintes par l’acné doivent faire l’objet d’un traitement local approprié. Un nettoyage quotidien avec des produits adaptés non agressifs aux peaux grasses est recommandé.

DéBOUTONNEZ-MOI ! Lotion inespérée

AcnegenTM
nettoyant clarifiant contre l'acné

Ce nettoyage peut être éventuellement associé à une crème hydratante spécifique ou contenant des actifs spécifiques permettant un soin local.

Les crèmes ou pommades à base de peroxyde de benzoyle sont disponibles en parapharmacie (sans prescription médicale). Le peroxyde de benzoyle peut être irritant à des concentrations élevées. Il est à noter qu’une concentration élevée n’a pas encore démontré une efficacité accrue du produit. Le traitement est en général de 6 mois.

D’autres crèmes et gels préscrits par un médecin peuvent traiter des formes d’acné modérée voire légèrement sévère. Elles sont disponibles en pharmacie sur ordonnance.

Les crèmes et gels à base d’acide azélaïque sont également utilisé en traitement topique. Elles sont anti-acnéique et un kératolytique (un médicament kératolytique décolle et élimine la couche de kératine de la peau).

Les rétinoïdes locaux sont efficaces dans les formes d’acné inflammatoire et sur les comédons. Ils sont cependant irritants en début de traitement, avec parfois un eczéma (rarement), une photosensibilité. Ils sont tératogènes (malformation possible d'un fœtus avant la naissance) et nécessitent la prise d'un contraceptif chez la femme.

Ces gestes permettent de venir (lentement mais surement) à bout des types d’acné les plus classiques (non inflammatoire).

Traitement oral

Pour les cas plus importants d’acné inflammatoire, il est généralement préconisé d’y associé un traitement oral. Dans ce cas, le médecin peut alors prescrire des antibiotiques, un traitement hormonal ou certains médicaments à base de vitamine A renforcée (isotretinoïne). Le dernier cas s’envisage généralement en dernier recours, lorsque les traitements précédents n’ont pas fonctionné. Il comporte des effets indésirables et doit être administré sous surveillance médicale stricte (Roaccutane , Curacne, Procuta, ContreAcne).

Les traitements naturels

Certaines alternatives permettent un traitement naturel de l’acné, ou du moins interviennent en soutien d’un traitement médicamenteux.

  • phytothérapie
  • homéopathie
  • aromathérapie

Le terme phytothérapie vient du grec « φυτά » désignant les « plantes » et « θεραπεία » signifiant « traitement ». C’est donc, par définition, le traitement du corps par les plantes. Il s’agit d’une médecine traditionnelle considérée de nos jours comme faisant partie des médecines douces.

La phytothérapie peut apporter un véritable soutien dans le traitement de l’acné. Les plantes auxquelles elle a recours sont :

La bardane

Sous forme de gélules, d’ampoules, de tisane ou bien en teinture mère directement sur les boutons, la bardane a des propriétés antibactériennes et dépuratives

La pensée sauvage

On associe souvent la bardane a la pensée sauvage. Cette dernière permet de réguler la production de sébum et donc de rendre la peau visiblement moins grasse.

Le jojoba

L’huile végétale de jojoba a une composition permettant aux peaux acnéiques de s’hydrater sans aggraver l’inflammation.

L’argile blanche

En masque à appliquer en couches épaisses sur le visage : une cuillère à soupe (en bois, surtout pas de métal qui annule ses principes actifs) d’argile blanche mélangée à de l’eau de camomille ou de lavande. Rincer dès que l’argile sèche. Ce masque permettra de réduire la séborrhée.

L'aloé vera

Enfin, le gel d’aloé vera, les savons à base d’avoine permettent d’apaiser une peau irriter et ont un effet calmant.

Pour diminuer la séborrhée, la prise de zinc en complément alimentaire est parfois recommandée : il limite l’inflammation et favorise la cicatrisation. Il peut être recommandé aux femmes enceintes et pour les personnes exposées au soleil (il n’est pas photosensibilisant).

Les antibiotiques et l’isotrétinoïne contre l'acné sévère

Les cyclines et macrolides

Lorsque l’acné est sévère, étendue et dure (et que le peroxyde de benzoyle n’est pas supporté) un traitement oral antibiotique peut être envisagé. Dans ce cas, on prescrit des antibiotiques de la famille des cyclines (doxycycline, lymécycline, métacycline, minocycline) ou macrolides (erythromycine). Ce traitement a une durée moyenne de 3 mois.

Ll’isotrétinoïne

En cas d’échec du traitement par voie orale ou d’acné nodulaire (très sévère et invalidante) on a recourt à l’ isotrétinoïne.

Cette dernière fait partie de la famille des rétinoïdes (rétinoïde de première génération) et on la trouve dans les médicaments tels que le Roaccutane, Curacné, Procuta, Contracné. C’est une forme acide de vitamine A et un anti-inflammatoire très puissant, inhibiteur de la sécrétion de sébum.

La prescription est toujours faite par un médecin dermatologue et doit être très encadrée : elle comporte un carnet de suivi pour les jeunes femmes ainsi que de l’absence de grossesse et d’une prescription obligatoire d’un moyen contraceptif oral (l’isotrétinoide provoque des malformations du fœtus majeures). Un test de grossesse doit être réalisé tous les mois pendant toute la durée du traitement. Un accord de soin et de contraception est signé obligatoirement par la patiente et des analyses sanguines sont prescrites pour vérifier le taux de lipides sanguins et les enzymes hépatiques chez les patients traités.

Le traitement dure généralement 4 à 5 mois.

Quel traitement pour votre acné

Acné légèreAcné moyenneAcné sévère
Produits nettoyants
Peroxyde de Benzoyle
Rétinoïdes locaux
Antibiotiques : cyclines et macrolides
Isotrétinoïne
Aromathérapie
Homéothérapie
Naturopahie

Traitement généralement prescrit par un médecin spécialiste et recommandations de l’Afssaps.

Solution alternative à un traitement médicamenteux. Ne peut généralement pas s’associer à un traitement médicamenteux.

Traitements qui peuvent être pris seuls ou venir renforcer/soulager un traitement médicamenteux.

Il y a t-il un traitement plus efficace contre l'acné ?

Le traitement le plus adapté à votre type d’acné sera le plus efficace. C’est pourquoi il est impératif de faire le point avec votre médecin spécialiste avant toute action de votre part. Certains traitements font disparaitre l’acné pendant leur durée mais celle-ci peut se manifester dès leur arrêt.

Certains traitements comme l’isotrétinoïne, ont environ 90% de chance d’éradiquer l’acné nodulaire. Cependant les effets secondaires sont très sérieux (malformation du fœtus en cas de grossesse, dépression, dessèchement sévère de la peau, troubles oculaires, troubles hépato-biliaires, insuffisance rénale et troubles sur métabolisme lipidique…) : près de 80% des patients sont touchés par un ou plusieurs effets.

Attention à votre hygiène de vie

Même si l’hygiène de vie n’est pas responsable de l’apparition de l’acné, de mauvaises habitudes peuvent l’entretenir, voire l’aggraver.

Ainsi, il est recommandé de choisir avec soin vos produits cosmétiques (maquillage et gels lavant) et de nettoyer votre visage quotidiennement sans excès.

Côté alimentation, de mauvaises habitudes alimentaires peuvent favoriser l’acné. Il est ainsi préconisé d’adopter un régime alimentaire sain, dénué de produits trop transformés. Rééquilibrez vos menus en les préférant riches en fruits, légumes et fibres (confère les recommandations du PNNS 2017).

Le régime Seignalet semblerait avoir eu certains résultats sur l’acné. Certains avancent également que le miel et le curcuma auraient des effets notables sur l’amélioration de la peau. Cependant, faute d’études réelles, ces assertions restent en suspens.

Arrêtez de fumer, éviter le stress et la pollution : préservez au maximum votre peau des agressions extérieures.

En cas de traitement lourd, à effets secondaires importants et notables sur la qualité de vie, la prise en charge psychologique par un professionnel est à envisager.

Quelque chose à rajouter ?

Acné, zinc et taurine ?

Certains produits comme le zinc ont révélé avoir une certaine efficacité dans l'acné inflammatoire.

De même, la taurine bromamine et la vitamine B5 sembleraient avoir un intérêt.

Un vaccin contre l’acné, c’est pour bientôt ?

Au début du XXe siècle, différentes tentatives de vaccination ont eu lieu.

Ces dernières années, un vaccin visant à limiter la réponse du système immunitaire du patient contre la bactérie Propionibacterium acnes, et donc l'inflammation, a été testé avec succès sur les souris.

Pour plus d’information : J. Kim, « Acne vaccines: therapeutic option for the treatment of acne vulgaris? », J Invest Dermatol., vol. 128, no 10,‎ 2008, p. 2353-4

Où acheter un traitement anti-acné au meilleur prix

Vous pourrez trouver toutes les solutions de traitement médicamenteux envisagées dans cet article sur le site treated.com.


Voir aussi :
Crèmes cicatrisantes
Huiles essentielles contre l'acné
Crème à base de bave d'escargot

Soigner les problèmes d’acné : conseils et comparatif des traitements
4.4 (88%) 15 votes