Les substituts de nicotine

Pour arrêter de fumer il faut de la volonté, une bonne motivation, bien souvent une aide extérieure, et, pour parvenir à un sevrage tabagique, les substituts de nicotine sont souvent d’une grande aide.

Patchs, gommes, comprimés à sucer, comprimés à dissoudre, inhalateur de nicotine, quelle est leur réelle efficacité et existe-t-il des dangers ?

Les différents types de substituts de nicotine

Pour commencer, parlons du patch ou du timbre de nicotine, un procédé qui s’applique sur la peau tout en diffusant ensuite de manière progressive de la nicotine. Le patch aide au sevrage tabagique et il permet de réduire les moments de manque qui sont liés à l’arrêt de la cigarette.

Dans ces états de manque, l’irritabilité est de mise, la nervosité et le stress augmentent, la prise de poids est souvent au rendez-vous. Pour utiliser au mieux ce médicament que représente un patch anti-tabac, il convient au préalable de connaître son degré de dépendance afin de pouvoir adapter le meilleur patch, celui qui conviendra à votre cas. Le patch diffuse de la nicotine à une vitesse progressive soit plus lentement que la gomme ou les comprimés.

Par ailleurs il est possible d’associer un patch avec un autre médicament pour renforcer les effets. Pour ce qui concerne les effets indésirables du patch, cela se résume à parfois des démangeaisons et des rougeurs sur la peau et où le patch a été positionné, ces petits symptômes disparaissent très vite, d’autant plus qu’un patch de se pose pas toujours au même endroit sur la peau. Différents types de patchs sont disponibles, il convient de voir avec un tabacologue ou un médecin spécialisé quel sera celui qui correspondra le plus à vos besoins.

patch-arreter-de-fumer

Pour utiliser un patch, il faut premièrement mesurer son degré de dépendance puis choisir la dose en fonction de cette dépendance. Patch 24 heures, 16 heures, et/ou traitements anti-tabac combinés, la dépendance à la nicotine se fera chaque jour un peu moins avec l’utilisation d’un patch. Il convient également de bien placer le patch sur la peau, il est possible de prendre un bain ou une douche avec le patch, veillez à changer d’endroit pour positionner le patch, en général, on laisse toujours une semaine d’intervalle avant de recoller le timbre sur le même emplacement, il faut donc changer les emplacements d’une semaine l’autre. Le traitement par patch consacre entre 8 à 12 semaines de traitement, voire parfois plus. Dans tous les cas il faut respecter la durée du traitement.

Gommes à mâcher

Pour ce qui concerne les gommes à mâcher ou chewing-gum à la nicotine, elles offrent elles-aussi une excellente alternative à l’arrêt du tabac, elles évitent aussi une prise de poids, elles soulagent rapidement les irritabilités et changements d’humeur, elles réduisent les envies de grignotage. Là encore il convient cependant d’utiliser les gommes comme ils se doit pour que les effets soient performants. Les gommes à mâcher à la nicotine jouent un rôle très important dans un sevrage tabagique, elles ont déjà permis à de nombreux fumeurs d’arrêter de fumer.

Au niveau des effets indésirables on note simplement en début de traitement une irritation de la bouche, parfois des brûlures d’estomac, un surplus de salivation surtout si la gomme est mâchée trop vite. Naturellement au début, des troubles du sommeil peuvent également subvenir. La fréquence cardiaque peut être augmentée légèrement, dans tous les cas, il faut suivre les consignes pour prendre ce médicament. Les personnes qui souffrent de problèmes d’estomac et notamment d’ulcère doivent donc éviter ce type de traitement.

Les gommes se mâchent régulièrement au cours de la journée et surtout quand l’envie de fumer se fait sentir. On recommande les gommes aux fumeurs irréguliers, pour les fumeurs plus fervents, il n’est pas rare d’associer un patch à ce traitement. La durée d’un traitement de gommes est entre 8 semaines et 3 mois au maximum. Il convient de mâcher lentement la gomme, toutes les dix mastications il faut faire une petite pause en calant la gomme dans la bouche, puis reprendre lentement l’action de mâcher. Une gomme dure environ 30 minutes.

Comprimés de nicotine à sucer

Les comprimés de nicotine à sucer, chaque comprimé contient 2 mg de nicotine, il est équivalent à une gomme de 4 mg. Tout comme les gommes, les comprimés permettent de limiter la prise de poids, ils soulagent l’irritabilité, les sauts de l’humeur, les difficultés de concentration, ils sont aussi une aide précieuse à certains fumeurs pour arrêter de fumer. Comme les autres substituts de nicotine, ces comprimés doivent être pris correctement, en respectant les doses conseillées, il ne faut pas surdoser ce type de médicament. Les effets indésirables s’attachent surtout au goût qui n’est pas très agréable, parfois à des céphalées et des insomnies, des vertiges.

Là encore, les comprimés à sucer peuvent être cumulés avec un patch. Il ne faut pas dépasser 12 comprimés à sucer par jour, la dose maximale autorisée peut s'élever à 15 comprimés par jour selon les cas. Un traitement dure entre 8 semaines à trois mois au maximum. Dans la même catégorie de traitement, on trouvera aussi les comprimés à dissoudre qui sont moins pratiques à utiliser.

L’inhalateur à nicotine

Parmi les substituts de nicotine, il existe également l’inhalateur à nicotine qui représente une cartouche à inhaler à 10 mg de nicotine, une cartouche libère jusqu’à 4 mg de nicotine. Cet inhalateur est également parmi les traitements de soutien à la désaccoutumance du tabac. Par contre ce type de traitement n’est conseillé qu’aux adultes à partir de 18 ans.

Pour motiver encore plus votre volonté d’arrêter de fumer, pour suivre correctement les traitements médicaux par substituts de nicotine, il vaut mieux consulter son médecin ou un centre de tabacologie pour avoir les meilleurs conseils.


Voir également :


Les substituts de nicotine
5 (100%) 4 votes